Il est toujours difficile d’évaluer le travail des élèves en dehors des tests ou autres contrôles aux corrections individuelles. De plus, lorsque vient le moment de la correction, on se retrouve souvent avec un corrigé tout cuit qui lasse les élèves et frustre les enseignants. Dans cet article, je propose une solution simple pour y remédier.

Il y deux choses que l’expérience doit apprendre: la première est qu’il faut beaucoup corriger; la seconde, c’est qu’il ne faut pas trop corriger

Eugène Delacroix

Les conditions préalables

Afin de mettre en œuvre les deux systèmes que je souhaite vous exposer ici, vous aurez besoin de feutres pour transparent, d’un rétroprojecteur, de transparents, ainsi que d’une photocopieuse. Le stylo, la feuille et la photocopieuse peuvent suffire.

La méthode ne fonctionne que si vous avez un énoncé complexe de type rédiger une lettre ou un texte, ou encore résoudre un problème dont les réponses sont diverses. En effet, cette méthode est inopérante si vous proposez une question simple du type 2+3= ?, quelle est la date de naissance Louis XIV ? etc…

Un exemple de corrigé

En général, j’utilise ce type de corrigé lorsque je demande à mes élèves de rédiger une lettre de poilu (soldat) pendant la 1ère guerre mondiale, ou de construire une carte avec une problématique telle que « un sud ou des sud » ?

Je vais ici appliquer cette méthode de correction à la lettre de poilu. Dans un premier temps, vous distribuez une consigne claire du type :

« Jeune caporal de 20 ans dans la Légion Etrangère, tu es sur le front, tu écris une lettre de poilu à ta maman. Tu décris tes conditions de vie dans les tranchées.

  • Ton récit a la forme d’une lettre (date, lieu, ton, signature, formule de politesse)
  • Tu cites 5 éléments expliquant la pénibilité de la vie dans les tranchées
  • Ta lettre est soignée et cohérente »

Il est évident que ce type d’énoncé s’inscrit dans une séquence où les élèves ont effectué un travail préalable qui les outille pour ce type de tâche (par exemple la lecture préalable de lettres de poilu, le visionnage d’un documentaire,…)

Les deux méthodes

Corrigé 1 :

Les élèves rédigent leur lettre dans leur cahier. L’enseignant ramasse plusieurs cahiers et fait un montage à la photocopieuse afin que lors du cours suivant, chaque élève dispose d’exemples d’autres camarades. Il suffit ensuite de demander aux élèves de surligner les erreurs de leurs camarades et d’en discuter en classe.

Corrigé 2 :

Les élèves se mettent par deux et rédigent ensemble, sur transparent, leur lettre. Ils (4 binômes suffises) viennent ensuite présenter leurs travaux face à la classe. Cela permet de finir le cours par une correction et cela n’empêche en rien d’utiliser ensuite la méthode de corrigé 1.

Les avantages de ce type de corrigés sont divers. En effet, il pousse chaque élève à écrire et démontre qu’il n’y a pas qu’une réponse possible, mais autant de réponses que d’élèves. De plus, l’enseignant n’a pas à corriger chaque lettre pendant des heures. Enfin, les élèves sont plus intéressés par la correction car… ils en sont les acteurs.

N’hésitez pas à partager vos idées dans les commentaires, ainsi que des adaptations à d’autres disciplines.