Il est généralement admis qu’il existe 4 méthodes pour enseigner : frontal, behaviouriste, constructiviste et socioconstructiviste. Dans cet article, j’aborderai le socioconstructivisme.

J’aimerais tout d’abord commencer par expliquer brièvement de quoi il s’agit et clore une agitation autour de ce concept qui n’a pas lieu d’être. Les détracteurs du socioconstructivisme le critique, en expliquant qu’il s’agit d’un nouveau concept inventé, d’une mode. et que bien sûr cela ne sert à rien, que seules les bonnes vieilles méthodes fonctionnent…

Mais qu’est-ce que donc que le socioconstructivisme ?

Il faut reconnaître que le savoir est quelque chose qui se construit d’où son nom. En effet, chaque individu à besoin de rendre intelligible les connaissances de bases qu’il acquiert pour comprendre le monde qui l’entoure. On a tous appris bêtement quelque chose sans le comprendre dans notre carrière d’élève. Ce savoir était mal assimilé et inexploitable si l’on souhaitait en faire une utilisation ultérieure. Dans cette méthode là , le terme« socio » correspond à l’aspect social de l’apprentissage. Ce qui signifie qu’avec cette méthode on apprend à plusieurs.

Ne pas utiliser un exemple concret serait un peu comme faire de la sculpture sur nuage. C’est pourquoi, je me permettrai ici d’utiliser un exemple de séquence socioconstructiviste réalisée en cours de géographie.

Etudie, non pour savoir plus mais pour savoir mieux.

Sénèque

L’objectif et la problématique




Dans un premier temps, il est nécessaire de trouver une question complexe, j’entends par là une séquence dans laquelle la réponse ne sera pas évidente et restera discutable.

L’objectif principal du cours était de demander à des élèves de 10e HARMOS (équivalent classe de 4e en France) de tracer la limite Nord-Sud entre pays du Nord et du Sud sur une carte du monde.

La problématique étant de savoir quels pays sont des pays dit développés et lesquels sont des pays émergents.

Condition préalable

1ère période d’enseignement

Dans un premier temps, je demande aux élèves sur quels critères un pays est jugé pour être déclaré développé.

Les élèves proposent des critères de santé, d’éducation, de richesse, etc… et je leur demande donc des éléments mesurables. En les aidant un peu, on sélectionne les critères suivants :

  • Produit Intérieur Brut par habitant (Richesse)
  • Taux d’alphabétisation
  • Taux de mortalité infantile
  • Espérance de vie à la naissance
  • Taux de fécondité

Je trouve les statistiques sur le site de l’INED ou de l’ONU et je choisis un étalonnage. Je demande aux élèves de construire des cartes en précisant certains éléments et en leur fournissant quelques béquilles.

Création d’élèves spécialistes

Périodes 2 et 3 de la séquence

Plan de classe et socioconstructivisme sur premiererentree.ch

Mise en place d’une séquence socioconstructiviste

Dans classe de 25 élèves, j’ai 5 groupes de 5 élèves. Chaque élève construit une carte individuellement en fonction de son groupe puis répond à quelques questions sur la carte qu’il vient de construire.

Les 5 élèves du groupe A ont chacun construit une carte sur le PIB par habitant en PPA.

Je réunis chaque groupe pour qu’ils corrigent ensemble leur questionnaire. J’ai donc crée des spécialistes concernant la carte du PIB par habitant en PPA et fait de même avec les autres groupes.

Je n’ai donc pas à intervenir pour la correction frontale, ce sont les élèves qui construisent leurs savoirs. Je veille sur eux en circulant dans les rangs.

La réponse à la problématique

Période 4

Je répartis les élèves en 5 groupes en prenant garde que chaque groupe compte un spécialiste issu des anciens groupes. Le groupe 1 compte un spécialiste A, un B, un C, un D et un E. Je reviens à ma problématique et leur demande d’y répondre.

Pour finir nous comparons et discutons des travaux de chaque groupe.

Les résultats

Cette activité permet aux élèves de s’approprier eux-mêmes leurs savoirs. Ils constatent qu’il existe des Suds avec différents niveaux de développement et qu’une simple ligne entre le Nord et Sud est très discutable.

De plus, les élèves n’ont pas reçu une réponse de la part de l’enseignant mais ils ont du argumenter leurs réponses pour les justifier vis à vis de leurs camarades. L’enseignant veille, en chef d’orchestre, au bon déroulement de l’apprentissage des élèves.

Un autre exemple d’activité socioconstructiviste

En histoire, on peut envisager un sujet tel que : Athènes est-elle une démocratie au Ve siècle avant J.-C. ? En effet, il s’agit d’une question dont la réponse est complexe et ne peut admettre un simple oui ou non. Sur le même modèle, on proposera cinq documents contradictoires en veillant à suivre le même protocole.

Pour aller plus loin, je vous conseille l’ouvrage de Philippe Jonnaert : Compétences et socioconstructivisme : un cadre théorique.