Les articles de journaux se succèdent tous les mois pour parler de burn-out des enseignants. J’ai choisi de sortir de la morosité ambiante pour en présenter les symptômes, les causes et surtout les solutions qui fonctionnent.

« Celui qui meurt de honte meurt de faim »

Proverbe Africain

Les difficultés du métier d’enseignant

Selon l’office fédéral de la statistique suisse, on peut estimer que quelque 49% des nouveaux enseignants pourraient quitter temporairement ou définitivement l’enseignement dans les 5 ans suivant leur engagement (65% de départs si la période considérée est de 10 ans).

Sur le site de franceinfo, un sondage d’opinion way annonce que seuls 40% des enseignants recommandent leurs métiers à leurs enfants, même si à l’opposé, 70% des parents d’élèves recommandent le métier d’enseignant à leurs enfants. Cette différence s’expliquerait par la vision simpliste qu’ont les parents d’élèves de ce métier, c’est à dire surtout les congés « nombreux », des horaires d’enseignements « light » et la « sécurité » de l’emploi.

Les symptômes

Chez les enseignants comme dans de nombreuses professions les symptômes sont facilement décelables. On constate souvent un repli sur soi, un certain cynisme et des sauts d’humeur. D’un point de vue physique, on ressent une grande fatigue et un sentiment que tout est insurmontable. En outre, on dort mal et il est donc difficile de récupérer.

Les causes du burn-out des enseignants

Dans un métier où l’on est confronté tous les jours à l’autre, il existe une remise en question qui se renouvelle sans cesse dans un souci d’atteindre une perfection ou une reconnaissance qui n’existe pas. Les enseignants subissent beaucoup de situations imprévues génératrices de stress. Si moi même je devais faire un jour un burn-out, je pense que le schéma viendrait de la manière suivante: une situation personnelle pénible, un mauvais climat perçu dans l’établissement avec la peur de parler de problèmes rencontrés avec des collègues ; ou bien encore, j’imagine une classe difficile, des coups de fil de parents vindicatifs et une surcharge temporaire de travail. Effectivement, je pense que ces combinaisons de situations sont possibles et pourraient être difficile à gérer.

Si je regarde dans le rétroviseur, je pense aussi que durant la première et la deuxième année où j’ai enseigné, je ne devais pas en être loin. Mais j’ai rapidement mis en place des mécanismes sans m’en rendre compte.

Les solutions contre le burn-out des enseignants

J’ai entendu un jour la phrase de John Major qui a longtemps résonné en moi : « si vous souhaitez de la reconnaissance, élevez un chien ». En effet, j’ai rapidement pris du recul pour me déculpabiliser et chercher la reconnaissance en moi plutôt qu’attendre celle des autres, en travaillant correctement selon mes capacités. La reconnaissance est venue à ce moment là, j’étais en paix avec moi-même, satisfait de mon travail. Bien sûr, je ne suis pas toujours content de mes prestations mais je sais (aussi) que je ne suis pas surhumain.

L’autre chose que j’ai rapidement mise en place a été la transmission d’information. En effet, si cela ne fonctionne pas avec un élève, je transmets l’information le plus rapidement au professeur principal ou aux collègues concernés par e-mail ou même oralement. En général, les collègues me disent qu’ils rencontrent le même problème, et surtout le professeur principal peut centraliser les informations, les diffuser à qui de droit et enfin mettre en place les mesures nécessaires.

D’après un article scientifique, l’évitement du burn-out passe par l’utilisation des réseaux qui existent pour aider les enseignants en les déchargeant. En effet, l’enseignant ne doit pas hésiter à demander de l’aide quand cela ne va pas. Trop d’enseignants se referment sur eux-mêmes,  pensant que leur rôle est de résoudre des problèmes qui les dépassent ou qui s’éloignent de leurs attributions. En effet, il existe des médiateurs, des psychologues scolaires, une direction d’établissement, des collègues, etc… Vous n’êtes pas tout seul.

Enfin, je pense aussi qu’une solution est à chercher dans une bonne hygiène de vie, c’est pourquoi je vous invite à lire dans mon article 9 astuces pour ne pas craquer.

Je vous conseille l’ouvrage Burn-Out: comment: il se produit, le prevenir, en sortir de Pascal Bihouée

N’hésitez pas à écrire ce que vous en pensez sous cet article dans les commentaires!