La première heure de cours est perçue par beaucoup d’enseignants comme étant déterminante. Je pense que sans être capitale, elle vaut son pesant de cacahouètes. Je vais vous indiquer par quelques éléments comment mieux la préparer pour mieux l’appréhender…

 

Vous n’aurez jamais une seconde chance de faire une bonne première impression.

Gustav White

 

Filtrez l’entrée

Vous pouvez dès l’entrée de la classe, à la porte, marquer le territoire « salle de classe » en distribuant un document, par exemple. Cela vous permet de dire bonjour à chacun. En Suisse, il est coutume de serrer la main de chacun de ses élèves en le regardant lorsque les élèves entrent en classe. Cela permet de détecter chez eux, en plus de les saluer, certains problèmes sous-jacents (fatigue, tristesse,…) ou simplement de créer un contact sincère et respectueux.

Organisez votre classe

La classe est un espace organisé pour favoriser les apprentissages. C’est à vous de l’organiser. Si vous ne prenez pas le contrôle, un (ou plusieurs élèves) le fera à votre place. Pour organiser votre plan de classe vous pouvez vous référer à mon article à ce sujet.

Présentez-vous

N’hésitez pas à vous présenter comme vous le souhaitez. Personnellement, j’écris mon nom au tableau ainsi que mon e-mail professionnel, ce qui n’est pas très original mais a le mérite de faire l’affaire. Mes élèves savent aussi que je fais du judo ou que j’aime le vélo mais en général je n’en parle pas d’entrée de jeu.

De plus pour rassurer les parents ou les élèves, vous pouvez transmettre votre adresse e-mail professionnelle. Certains collègues transmettent leur numéro de téléphone, je ne le fais plus. Je préfère les communications écrites.



Apprenez les noms de vos têtes blondes rapidement

Un moyen efficace pour apprendre le nom de vos élèves est de faire un trombinoscope ou un plan de votre classe avec les noms des élèves inscrits. Connaître vos élèves est une marque de respect et c’est une bonne chose. Mais cela va plus loin que cela. En connaissant, le nom de vos élèves vous pouvez mieux en parler avec collègues ou encore les nommez pour les interpeler en cas de bavardages. Cela fonctionne beaucoup mieux qu’un « taisez-vous » général.

Indiquez vos exigences

Vous pouvez rappeler brièvement que la classe est un lieu de travail et de respect et que vous attendez d’eux qu’ils lèvent la main pour demander la parole.

Dans tous les cas, n’oubliez pas de votre côté, que vous sanctionnez un comportement qui nuit au climat de classe (censé être studieux et respectueux). Les élèves attendent de vous que vous soyez justes.

Attribuez un rôle à chacun

Indiquez sur une feuille visible en classe, qui sont les deux élèves responsables:

  • d’écrire les devoirs dans l’agenda de classe
  • de nettoyer le tableau noir
  • de vérifier si les chaises sont mises sur les tables
  • de vérifier s’il y a des papiers par terre
  • de vider la corbeille à papier
  • de fermer les stores,…

En expliquant bien qu’il s’agit de leur classe et des nécessités du vivre ensemble.

Précisez le matériel de votre branche et votre organisation

L’idéal ici est d’avoir une liste du matériel que les élèves doivent avoir dans votre discipline. Le professeur lambda demandera cahiers, stylo quand :

  • le professeur de mathématiques demandera des cahiers avec petits carreaux de 5mm, un compas, une équerre, un rapporteur, une calculatrice,…
  • le professeur de géographie demandera des crayons de couleurs, un plus grand cahier,…




Nombre de tests (renseignez vous sur vos obligations légales)

Annoncez votre programme et votre mode de fonctionnement. Cela aura pour avantage de sécuriser vos élèves et de leur faire comprendre que vous êtes quelqu’un de sérieux et d’organisé (ou presque…). Après la satisfaction des besoins physiologiques, le besoin de sécurité est le besoin le plus important que l’élève doit satisfaire pour apprendre d’après la pyramide de Maslow.

J’entends par obligation légale les textes de lois qui régissent la profession. Cela peut être un bulletin officiel, un plan d’étude, un cadre général de l’évaluation… (cela dépend du pays). Ces documents sont à lire et à connaître…

Préparez-vous vous-même

L’habit ne fait pas le moine mais je vous recommande de vous habiller de manière neutre. Vos élèves vous apprécieront en qualité d’enseignant et non en fan d’Iron Maiden, de mode, de foot, du Japon ou de l’ère victorienne… Vos élèves n’en seront que plus concentrés. Pour mon premier cours, j’avais pour cet aspect là délégué la tâche à ma petite sœur (experte ès fringues) pour une virée shopping.

Dans la mesure du possible, essayez d’être en forme, ne travaillez pas trop pendant les vacances, bronzez, mangez, dormez, faites du sport. Vos journées seront suffisamment laborieuses en septembre. Préparez et rangez vos documents et préparez votre première séquence la dernière semaine de vos congés estivaux.

J’oubliais…Préparez vos affaires

Dans un autre article, j’ai littéralement vidé mon sac pour que vous puissiez voir tout ce que j’y mets et que vous puissiez vous en inspirer

Pour aller plus loin, je vous conseille les ouvrages généralistes Guide du jeune enseignant  de Fabrice Hervieu-Wane et Professeurs débutants de Pierre Périer.

N’hésitez pas à proposer vos conseils dans les commentaires.

Commentaires

  1. Jean-Jacques
    Répondre

    Bonjour, comme j’ai fait mon premier cours… trente-huit fois, à multiplier par le nombre de classes que j’ai encadrées chaque année, donc…, mais là j’abandonne le calcul, j’ai fait en effet l’expérience de l’allègement progressif du matériel que je promène depuis mon domicile jusqu’en classe. Je me souviens qu’autrefois je portais cinq livres pour faire cinq citations: en fait l’enseignement était de la manutention et aussi de la maçonnerie, car je bâtissais une sorte de muraille protectrice de savoir. Moi aussi je suis devenu adepte du double jeu: manuels à la maison / manuels dans mon casier. Toutes les remarques sur l’importance de connaître rapidement les visages et les noms sont très justes: on peut même en faire un jeu, se mettre au défi de nommer tout le monde en deux semaines par exemple, même en ayant 150 élèves… Autre chose: je suis devenu d’avis qu’il ne faut pas trop annoncer ce qu’on va faire, le programme, les modalités de travail, etc. D’abord c’est ennuyeux et plus vite on pourra mettre tout le monde en action et mieux cela vaudra: pourquoi pas une petite rédaction sur un thème simple dès la première fois, par exemple, ensuite il faut se garder de la marge pour modifier ses intentions initiales si nécessaire. Donc, « donner du cadre, mais pas trop ». Surtout, pas de fiche individuelle détaillée! On ne s’en servira pas, les élèves sont déçus qu’on ne fasse plus jamais usages des informations qu’ils auront parfois confiées, et les idées préconçues sur la profession des parents ou l’importance de la place dans la fratrie, etc., influencent ensuite notre jugement d’une façon que nous ne maîtrisons pas. Ne pas raconter sa vie la première fois, si un goût ou une connaissance particulière nous rapproche des élèves, autant attendre qu’on en ait besoin parce qu’on sent que le moment est venu de réduire la distance. Je suis un professeur de philosophie français, cette précision est peut-être utile.

    • Xavier
      Répondre

      Merci pour ce commentaire que j’approuve complètement. Mettre les élèves au travail rapidement ça va dans le bon sens alors que les fiches détaillées, c’est aussi assez stigmatisant à mon goût. Et puis notre vie, ils auront le temps de la connaître lors d’une (et pleins d’autres) digressions 😉

  2. Fa bienne
    Répondre

    Et essayez de vous habiller de manière neutre : vos élèves vous apprécieront aussi par votre maîtrise de l’orthographe .. 🙂

    • Xavier
      Répondre

      Merci Fabienne, j’ai rectifié. N’hésitez pas à me signaler les autres fautes d’orthographe que vous trouverez ici et là. « La perfection n’est jamais dans les actes des gens mais elle est parfois dans leurs intentions » Azim le Grand dans Robin des Bois

Poster un commentaire